• Le portail & moteur de recherche
    ardéchois…
  • Puissant et pertinent !
  • Pour tout trouver en Ardèche…
  • Les communes, les plus beaux villages, les activités,
    les locations de vacances, etc.
  • Vue panoramique de Balazuc en Ardèche
  • Le village de Balazuc
  • Le Pont d'Arc en Ardèche
  • Le cirque de Gens en Ardèche


Géographie de l'Ardèche


Un département aux multiples visages

Dans le Sud-Est de la France, l'Ardèche est l'un des huit départements composant la région Rhône-Alpes. Blotti entre le Rhône qui lui sert de frontière naturelle à l'Est et la bordure orientale du Massif Central à l'Ouest, ce département très en relief, est majoritairement montagneux et rural. La circulation y est souvent difficile sur les petites routes sinueuses, sauf peut-être dans la vallée du Rhône.
Entre Auvergne et Provence, l'Ardèche offre aux visiteurs de nombreux paysages à comtempler, avec chacun une végétation et un climat différent selon les influences, continentales ou méridionales.

Superficie: 5528,64 km², dont 310000 ha de forêt (56% du département, en hausse continu depuis 1972).
Altitudes: entre 40 mètres au confluent du Rhône et de la rivière Ardèche (au Sud-Est du département) et 1754 mètres au sommet du Mont Mézenc (Centre-Ouest).

L'Ardèche est répartie en cinq grandes régions naturelles: Les plateaux du Haut-Vivarais, la montagne et les Cévennes ardéchoises, le Plateau du Coiron, la Vallée du Rhône, le Bas-Vivarais.


Les différentes régions ardéchoises

La haute Ardèche, ou haut Vivarais

Désigne la partie nord du département, avec un climat déjà plus frois que l'on pourrait qualifier de lyonnais. Cette zone entre 150 et 1000 mètres, est constituée d'un ensemble de petits plateaux positionnés côte à côte avec des altitudes moyennes autour de 500m.
Ces plateaux sont séparés par de modestes affluents du Rhône, et il en résulte de fortes oppositions entre les surfaces ondulées et verdoyantes, les vallées encaissées ou encore les gorges étroites et sauvages.
Les plateaux les plus haut sont garnis de prairies et de forêts, tandis que les parties basses sont propices aux châtaigniers et autres cultures diverses (céréales, légumes, pommes de terre).
Dans ce décor verdoyant, les vallées et les pentes bien exposées sont riches en vigne et en arbres fruitiers.


La Montagne et les Cévennes ardéchoises

La Montagne Ardéchoise, à l'extrémité orientale du massif central est la zone la plus élevée du département (1100 mètres d'altitude en moyenne), et se situe à l'Ouest du département, approximativement entre Saint-Etienne-de-Lugdarès et Saint-Martin-de-Valamas.
Ces hauts plateaux ardéchois, composés de grandes étendues presque désertiques où seuls les monts et autres sucs volcaniques attirent le regard, sont souvent balayés par les vents ("la burle") et offrent en hiver des conditions climatiques parfois très rudes. On y trouve également d'immenses pâturages et de remarquables forêts de sapins, de hêtres ou de mélèzes (les forêts de Mazan, de Bauzon, du Tanargue).
Depuis le bassin de l'Ardèche, voir la vallée du Rhône, on accède à ces altitudes par les vallées Cévenoles via de petites routes sinueuses, et depuis Aubenas par la N102.
La Montagne Ardéchoise est une terre granitique ou volcanique, dominée par le Mont Mézenc (1754 m) et le Mont Gébier-de-Jonc (1551 m) d'où la Loire prend sa source.

Les Cévennes Ardéchoises, au sud-est du massif central, vont de la Croix de Fer au col de Mézillac. Son relief est fait de crètes étroites et allongées ("serres"), ses vallées sont escarpées et ses rivières torrentueuses sont bordées de rares étendues planes. C'est un territoire de grès, de schistes ou de rochers volcaniques couvert de pins et de châtaigniers ; il est assez hostile aux grandes cultures et les Cévenols se sont initiés à construire sur les pentes, de minces replats de terre soutenus par des murettes ("faïsses"), afin de pratiquer la culture en terrasse.


Le Coiron et les Boutières

Au coeur de l'Ardèche, le Massif du Coiron et les Boutières rappellent en partie la Montagne et les Cévennes ardéchoises. Ces régions verdoyantes, d'altitude moyenne, ont également en commun leur vocation pour l'élevage et la production de châtaignes.
Comme la Cévenne, le massif du Coiron est une région issue des éruptions volcaniques au début du Pliocène (entre 6,4 et 7,7 millions d'années), mais ici les basaltes ont des reliefs tabulaires très caractéristiques.
La région des hautes Boutières s'étend en gros de Saint-Agrève à Privas, englobant la vallée de l'Eyrieux et tous ses principaux affluents (la Dorne, la Dunières et la Glueyre)... Aucunes limites n'est réellement établie. Cette zone ressemble beaucoup à la Cévenne, par son relief montagneux entaillé de profondes vallées. Elle offre un paysage pittoresque et boisé, où les châtaigniers sont bien représentés.


La vallée du Rhône

Tandis que les contreforts du massif central forment la bordure occidentale de l'Ardèche, le Rhône établie lui à l'Est, sa bordure orientale. De Saint-Just à Limony, le fleuve longe le département ardéchois sur près de 150 Kms, formant aussi une frontière naturelle avec sa voisine la Drôme.
Les rives ardéchoises du fleuve sont beaucoup plus étroites que dans le Dauphiné plus au nord, et n'offrent au département que quelques petites plaines alluviales, notament à Champagne, Mauves, Saint-Péray, Beauchastel ou Saint-Just.
Ces zones très fertiles sont propice à l'arboriculture fruitière et à l'agriculture, alors que les coteaux dominant le fleuve sont eux couvert de vignobles dont la réputation n'est plus à faire (Saint-Péray, Cornas, Tournon, Serrières).
A côté de ces ressources agricoles, le couloir rhodanien accueille, notamment dans le Sud du département, d'importantes usines de chaux et de ciments, et il a l'avantage d'être desservi à la fois par l'eau, le rail et la route (A7 et RN 86).


La basse Ardèche, ou bas Vivarais

Dans ces contrées plus arides, le sol est soit marneux soit calcaire et le climat déjà méditerranéen : on est à la frontière de l'Olivier.
L'altitude de ce vaste bassin est faible mais variée du fait des différences entre les sols. Au fil des millénaires, les plateaux calcaires ont mieux résisté à l'érosion que les bandes de marnes, où s'étalent les champs de vigne et divers vergers plantés d'arbres fruitiers, ont été déblayées par les eaux.
A ces riches terres utilisées pour les cultures, s'opposent les vastes étendues caillouteuses ou semées, comme les plateaux de blocs dont la teinte grisâtre se mêle à une végétation qui annonce déjà le maquis.
Les villes et villages de cette partie de l'Ardèche sont souvent de petites bourgades d'origine médiévale, qui pour certaine, arbore toujours leurs fortifications.


Article connexe : Situation géographique de l'Ardèche.    

Article mis à jour le 13/01/2019



En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies par des services tiers (mesures d'audience, réseaux sociaux, annonces ciblées)... en savoir plus OK